06 juillet 2008

Pschitt Comique.com

PCC, point le parti communiste chinois, mais le site de « rencontres par affinités culturelles » Pointscommuns.com dont les méthodes pourraient, si ses dirigeants possédaient un quelconque pouvoir, présenter quelque filiation avec l’arbitraire groupement rouge.


Je découvre hier un courriel ahurissant de leur part me sommant de « retirer » un commentaire jugé désobligeant qui aurait eu pour fâcheuse conséquence de les « faire apparaître dans Google sous le texte arnaques et animation sur les sites de rencontres ». Quel pouvoir de nuisance j’aurais !


« L’équipe de pointscommuns », qui signe le diktat, soit dispose de délateurs disséminés sur la toile, soit furète, conduite par une inextinguible paranoïa, en quête des quelques lignes critiques à leur encontre qui subsisteraient. Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’action menée s’avère loin de la réactivité nécessaire à une efficace purge tout en s’affichant ridiculement disproportionné dans le contenu de la réaction.


L’objet de leur ire ? Quatre lignes parues le 3 décembre 2007 sous un article publié sur le site AgoraVox. Leur si diffamant contenu ? Des faits : « j’ai participé un chouïa à l’aventure Pointscommuns.com ». Je reste bien sûr modeste dans ma contribution à ce site, n’ayant fait qu’un apport gracieux d’une petite centaine de textes ayant généré quelques centaines de commentaires et ayant été lus par quelques milliers de personnes. Cela reste, j’en conviens aisément, une goutte d’eau à l’échelle du site, voilà qui justifiait la précision familière du « chouïa » pour cette implication.


Cela, visiblement, ne leur suffit pas. A leurs yeux, je ne suis qu’un indigne profiteur qui a « utilisé » leurs services sans payer et dans la seule perspective de me « mettre en valeur ». Les PCCistes apprécieront la condescendance de la fine équipe.


Ce qui constituait l’objet même du site et qui en faisait « un concept intéressant et gratuit » comme je le saluais dans le commentaire incriminé, cachait donc un véritable mépris envers ceux qui décidaient de ne pas faire qu’utiliser leurs services mais, en contrepartie, de nourrir le site de textes. Mon obsession, comme celle, sans doute, des autres PCCistes qui se risqueraient à une toute petite égratignure de la sainte équipe, tiendrait dans l’unique satisfaction d’abuser de PCC pour servir un illégitime désir de gloriole. Voilà ce que le filigrane de ce grotesque rappel à l’ordre révèle.


Ce crime de lèse-PCC, c’est quoi ? Le constat que le succès du site a amené ses concepteurs à faire payer non seulement les simples visiteurs en quête de rencontres, mais aussi les auteurs qui, quoi qu’en pense l’anonyme équipe, ont contribué à la vie de Pointscommuns.com. Imaginez la tronche du site sans aucun texte : elle serait belle la coquille laissant divaguer les visiteurs au gré du vide sidéral d’un site formidablement géré !


Mon constat se poursuit : les auteurs peuvent continuer à pondre pour faire grossir l’avide PCC, mais ne peuvent plus répondre aux courriels reçus (sauf pour les expéditeurs disposant de l’abonnement Premium !) ni entrer en contact privé avec qui que ce soit. Là je développe, en rajoute quelques couches pour bien signifier mon indignation face à l’ultimatum de l’aventureuse équipe : dans mon commentaire initial cela tenait en une inoffensive phrase.


Ce n’est pas, bien sûr, mes lignes qui ont déclenché le courroux des censeurs, mais l’effet googlien produit et ça, je n’en suis pas responsable. La facilité est de s’en prendre à l’obscur rédacteur qu’on va sèchement moucher par une petite leçon bien sentie avec sanction à la clef : la censure d’un texte d’hommage à Ingrid Betancourt (vous me direz, les dizaines de milliers d’autres compenseront !) qui m’aurait permis une fois de plus, l’infâme, de bénéficier du fantastique piédestal de PschittComique.com.


Que l’équipe PCC se rassure : je ne les encombrerai plus de ma vilaine prose…


Dernière minute (13h46) : tentant d'informer les PCCistes-auteurs des pratiques de Pointscommuns.com, les administrateurs ont tout simplement interdit l'entrée de ce site à mon pseudo (Artemus-West). Pitoyable !
21h25 : cet article est paru sur les sites Esprits libres et Come4News. Par ailleurs plusieurs personnes ont laissé des commentaires ici que vous pouvez compléter. Si vous parvenez à contacter des auteurs de PCC, essayez de les prévenir de ces pratiques indignes.

03 juillet 2008

"Viva la Vida", Ingrid !

Hier soir, vers 21h30, sur Internet, la page d’accueil d’Orange se pare d’un titre inattendu : Ingrid Betancourt libérée ! Je vais vérifier sur Google actualité : aucun article sur le sujet. Rumeur de mauvais goût, me dis-je, sans songer que la fraîcheur de l’information n’avait pu laisser le temps de développer ce fait majeur.
Ce n’est que ce matin, par la Matinale de France Inter, que j’apprends la réalité de cette formidable nouvelle. Sa voix claire, affectueuse, d’une douceur maternelle conforte mon enclin pour cette femme. Une Résistante à la Jeanne d’Arc-Moulin, dans une éblouissante synthèse, indéfectible, sure de la noblesse de son engagement, imperméable au cloaque des FARC.
Finalement, l’audacieuse opération du président Uribe, l’inflexible critiqué y compris par la famille Betancourt, est à l’aune du caractère d’Ingrid l’indomptable.
Le terre-à-terre et le prosaïque reprendront vite le pas sur l’événement, mais profitons de cette parenthèse pour, sur le dernier air de Coldplay, s’enchanter de cet instant, en espérant qu’il accouchera de multiples semblables pour tous ceux qui restent sous l’emprise du déliquescent mouvement.
Quarante ans de féroces combats pour une cause diluée dans la criminalité, les FARC s’éteindront après avoir gâché, ruiné, anéanti nombre de vies, car, derrière la flamboyante Ingrid Betancourt croupissent encore des centaines d’anonymes au nom d’une idéologie dénaturée, au remugle crapuleux. Après l’enthousiasme jubilatoire devra s’imposer la justice expiatoire, même si les deux premières têtes de la clique tentaculaire ont connu la sentence immédiate de l’éradication militaire.
Couronnement pour la courageuse libérée si elle accédait à la présidence colombienne, peut-être en se présentant contre son libérateur…
Attendons-la, pour l’instant, dans cette France qu’elle chérit tant, pour quelques moments d’émotion dans les grands médias, comme une icône de l’insoumission à l’arbitraire, affective sans fard pour tous ceux qui l’ont soutenue.
A vous, Madame Betancourt, avec toute mon admiration !