Affichage des articles dont le libellé est Ben Ali. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Ben Ali. Afficher tous les articles

01 janvier 2012

Une clé de 12 pour la 11, vite…

… avant que je perde mon titre AAA…bscons.

Un certain mercredi 29 décembre 2010, j’entamais dans la brume d’une pièce incertaine le Manus XXI de ce Journal fourre-tout. Trois cent soixante-cinq jours plus tard exactement, je l’achève sans pitié.

Lecture du Journal d’un mythomane de Nicolas Bedos que je découvre couché sur le papier. Plume alerte, charges aiguisées pour mieux pénétrer les proies, je me trouve un peu fade à côté. Fini le temps de gros niqueurs minitellien où je cassais la rondelle de Sophie Marceau répandue dans un Zulawski en rut : elle « a l’air d’un tubercule pour charcutier poids lourd, enviandé par un cheptel butyreux de pâlots gras du bide. » (18 février 1988).

J’émousse ma pique sans raison rationnelle puisque rien ne peut me retenir ni me contraindre. Peut-être une frilosité croissante, la part d’existence à vivre se réduisant. Les places de polémistes et pamphlétaires en vue sont prises et rien ne me motive pour aller jouer des coudes et parader sur la scène médiatique. Grotesque je serais ! Se contenter de cette obscure parcelle infinitésimale sur le Net et pondre, pondre jusqu’à ce que crève et fin s’en suivent.

Jalouser en secret les réussites littéraires, pourquoi pas : ça entretient le semblant de substance de ses écrits. Justifier ses propres inconséquences par un retrait proclamé volontaire, allons-y : l’illusion s’érige comme le confort des insatisfaits, des sous-vivants au regard de leurs inavouables aspirations. Laisser les ascensions aux autres, bichonner son stoïcisme et garantir ainsi le minimum excitatif. L’heure de la libération absolue est très loin d’être venue.

Après la flagelle comme préliminaires, une petite rétrospective à la Bedos s’impose. Que retenir de la croulante 2011 aux affres consommées ? Elle n’a vraiment pas tourné rond : ça fuite de partout, ça grogne et ça s’éparpille…

Janvier frigorifie : je me refuse d’émerger, à d’autres les érections. Quelques populations arabes chamboulent les équilibres géopolitiques chers à nos réservoirs et aux séjours d’autruches-touristes pour nous infliger de l’islamisme radical qu’on mijote déjà dans nos meilleures cités.

Pas mieux en Février, d’autant que la MAM s’enlise. Allez, je me retourne un coup pour replacer la couette. Vous connaissez la chanson : « Michelle sans selle, s’est vautrée d'avoir lâché sa sangle ». Elle confirme ainsi son double effet : une impression de rectitude à la limite du psychorigide pour mieux camoufler ses bourdes, la gourde, ses boulettes et son nécessaire de survie à la sauce Ben Ali. Loin d’être la seule, mais la maladresse médiatique est la sentence suprême pour un personnage public. Exit l’Alliot-Marie !

Voilà que Mars prend des couleurs atomiques. La percée de la centrale de Fukushima, ouverte à tous les vents, nous permet de humer ses profondeurs énergisantes. De là à couvrir les terres de France d’éoliennes, la Joly plissée a sauté le pas et au-dessus des mottes. Mon sac de provisions me l’avait pourtant conseillé : « Trier, c’est simple. En vrac, dans la poubelle verte » les Mamère, Duflot, Joly et Lipietz. Action citoyenne en attendant que le réchauffement nous engloutisse via les eaux hostiles. Finalement, je pète un coup et je me rendors.

De qui se moque Avril ? J’attendais la danse touchante de deux moineaux et je me retrouve avec le ballet de la longue desséchée se frottant contre l’otarie gloutonne. Le Lagarde et Nanard, ça ne vous dit rien ? Une compilation très financière avec du trop complexe pour vraiment révolter le bon pôple. Les arguments de la Christine tiennent la route, mais celle-ci se borde déjà de gibets pour que les enragés mélenchonniens se soulagent à coups de banquiers, d’affairistes et de traders, mais pas encore des salopards du ballon rond obscènement payés. Quelques idoles à préserver pour que les apprentis révolutionnaires ne se pendent pas eux-mêmes.

En Mai, fourre ce qu’il te plaît ? Le cher DSK égaye l’année, enfin ! Ce Dangereux Satyre (pas encore) Knouté comble bien profond sa voie présidentielle évitant ainsi à la Marianne de se trimballer un SEXtennat avec un addict du coït dominateur. Exit l’excité !

Le rut se prolonge en Juin : la verge en tête de proue pour un Tron mis à pied trop massé. Strauss-Khan était resté dans l’assouvissement du mâle de base : mains aux nibards, pénétration sans doigté et fellation imposée. Du primaire dont la seule obsession est de faire traire ses gonades encombrantes de gré ou de plus en plus de force… Avec Georges Tron on quitte la sphère du cul pour celle de la voûte plantaire avec orteils bien dessinés. Le dadais, villepiniste avant qu’on lui offre un sous-maroquin, a caressé et mâchouillé du panard délicat sans l’entier consentement des propriétaires. Du viol assimilé dont la seule accusation suffit pour le débarquer. Ne surtout pas s’encombrer de brebis libidineuse dans le camp du fidèle Sarkozy. Au trou le Tron !

L’été s’annonçait bandant, Juillet liquéfie les ardeurs et impose du Guérini comme plat de suffisance. Beaucoup moins bellâtre que le Georges piétiné, même carrément patibulaire, le président du Conseil général des Chiottes-du-Rhône arbore la complète panoplie de la barbouze politique avec dérive mafieuse. Quand l’impunité fait sa parade… Heureusement, le Montebourg veillait au grain pour nous dispenser de cette nuisible ivraie.

Début Août, j’ai cru un instant que l’ami Pagnol était revenu, avec sa Pomponnette… et non, encore raté ! Le temps des fadettes rappelle simplement que la liberté de la presse n’est jamais acquise. Stop ! la grandiloquence dormitive, c’est l’été ! Monokini et courbes à croquer pendant que notre triple A est à la diète. Comme une revanche du cancre : le pays dans son entier, et notamment ces empafés de profs, doit subir les foudres de censeurs incorruptibles. Une dégradation annoncée qui porte un coup à la fierté patriotique mal placée. Pour le chaos claironné, attendons qu’il arrive. Les U.S. n’ont pas l’air de se porter si mal avec un A de moins…

Berk ! la rentrée de Septembre : les cartables pour les mioches de la République, les mallettes pour les moches de la politique. Vieilles affaires à se bouffer jusqu’en Octobre face aux arcanes cathédralesques de Karachi. Tête dans le baquet des deux crocos de la droite aux Présidentielles de 1995 : de l’argent sale à profusion, de la trahison en tartines écœurantes, des cadavres même… Toute la pourriture cumulée d’un jeu de massacre affiché démocratique et que les deux croulants ennemis, le sourd Alzheimer et le Goitreux coincé, voudraient que la Justice oublie. Pas de bol, Chirac a reçu sa sentence fin 2011 comme un vulgaire délinquant ; pour l’équilibre, espérons que Balladur ne puisse plus se tenir loin du pot crado des délits commis en son nom et avec sa doucereuse bénédiction.

La belle saison a vraiment trépassé : Novembre et son automne poisseux accentuent la déprime. Le cœur antique de l’Europe ne peut plus nous offrir le moindre raffinement d’une grandeur perdue, mais juste se prendre quelques claques pour une prestation budgétaire calamiteuse. Après la Grèce disciplinée de force sous peine de banqueroute hors de l’UE, l’Italie sort de son ère de capotes à paillettes pour une rigueur déberlusconisée. Fin de cycle, récré terminée !

En Décembre, mieux que Laurel et Hardy avec leur piano de Sisyphe, Merkel et Sarkozy s’ingénient (ni saints, ni génies, je précise pour les empoussiérés du cortex) à entretenir leur romance, évolutive comme un meuble Ikéa pour cage à lapins : du « je t’aime moi non plus… » au « je t’encule moi aussi ! » sur le plancher clouté de leur baraquement branlant. La partouze à vingt-sept, malgré les deux Sex Toys en chef, n’a vraiment plus rien de jouissif. Adenauer, Spaak, De Gasperi, Schuman revenez : butiner vos brioches poilues sera toujours plus inspirant que le bal des gougnafiers infligé par vos lointains successeurs. Dix ans d’Euro et toujours pas d’État européen… On a élargi jusqu’au grand écart douloureux sans accélérer l’intégration avec abandon conséquent de souveraineté. La mosaïque, ça va très bien pour l’esthétique immobilière, mais pas pour une entité politique. Bouc émissaire de tous nos malheurs, l’UE se traîne : impasse et perd… Les finances, plus que jamais à sec, vont faire encore plus mal en 2012, point l’année de la fin du monde, mais du poing râpeux dans le fonds national : un fisting pour sonner le rappel, nous faire trébucher, avant l’achèvement.

D’ici là, entonnons en joie : « C’est la Merkel, Moi Sarkozy / C’est elle la Grosse et moi le Petit / C’est la Merkel, Moi Sarkozy / Et nous sommes de faux amis ! »

2011 fut vraiment une année de merde, alors imaginez ce que sera 2012.



06 mars 2011

Chirac – s’ – en balance !

A l’heure où des peuples Outre-Méditerranée tentent, au prix de leur vie, d’engager leur pays sur la voie complexe d’embûches des États de droit, nous serions inspirés de leur présenter une République française un chouia plus aboutie : un petit pas judiciaire, mais un bond de géant pour la séparation des pouvoirs.

Jusqu’à présent, nous n’avons jugé nos dirigeants qu’à l’occasion d’un changement brutal de système politique. Un Louis XVI « coupé en deux morceaux », pour reprendre l’expression de l’indigné magistral Badinter (que j’eus le privilège d’avoir une année comme professeur d’amphi lors de mes études sorbonnardes), un Napoléon déclaré « traître et rebelle » par ordonnance, quelques piteux exils, un Pétain condamné à mort sans exécution : hétéroclite brochette qui s’est étoffée au gré des soubresauts de notre histoire. C’est ce modèle que suivront les Tunisiens, Égyptiens et Libyens s’ils parviennent à attraper leur (ex) autocrate respectif.

En 2011, l’occasion se présente enfin pour nous de juger un ancien président sans changer de République. La possible maturité du fonctionnement d’institutions aguerries se profile. Certes, les affaires qui doivent occuper la Justice n’ont rien de commun avec les crimes que l’on peut reprocher aux Ben Ali, Moubarak et Kadhafi l’insane. Le tribunal correctionnel de Paris doit juger un démocrate convaincu qui a, sans doute, distribué un peu trop de confiture pour asseoir sa conquête du pouvoir et récompenser des fidélités politiques. Rien de criminel, mais du répréhensible condamnable, comme pour tout citoyen.

Certains s’émeuvent qu’on puisse faire subir l’humiliation de la comparution à un ancien chef d’État « fatigué, vieilli, victime d’une certaine usure (…) marqué par une certaine passivité » pour reprendre les formules jospiniennes cette fois de bon aloi. Tout ancien président de la République qu’il est, il doit répondre de ses responsabilités passées, comme a dû le faire notre nouveau et frétillant ministre des Affaires étrangères. A l’impunité présidentielle devrait s’ajouter la complaisance envers le Corrézien cacochyme ? Ce serait la négation même d’une Justice égale pour tous. Alors oui, bien que fragilisé Jacques Chirac doit cela au pays qui lui a permis une carrière politique prodigieuse, mais pas toujours vertueuse. Pour lui, l’heure du bilan passe aussi par la case judiciaire.

C’est malheureusement sans compter avec la finauderie du talentueux maître Le Borgne, avocat d'un des autres accusés. Pour un justiciable hors norme, la question prioritaire de constitutionnalité va connaître son baptême des toges et la procrastination de l’aveugle Justice reprendre son cours désespérant. Une nouvelle dérobade, réflexe habituel de l’ex carnassier de la politique qui, en ce sens, n’a pas vieilli et encore moins mûri. Pour détourner une de ses expressions favorites : ça ne lui en touchera pas une de peur que l’autre ne se décroche… Dommage pour l’exemplarité de notre Cinquième…

Qu’un Nicolas Sarkozy laisse traîner quelques casseroles au sortir de son quinquennat et nous pourrions obtenir une détermination du pouvoir judiciaire bien plus mordante contre celui qui l’aura malmené. L’esprit de corps a la rancune tenace. Pas sûr que ce soit la posture la plus sage pour juger un ancien président.

Article publié sur les sites du journal Le Monde et d'AgoraVox

19 janvier 2011

"Pitromatie" à immoler

Croire servir une noble cause en excusant les raideurs autocratiques de régimes en place est un calcul à courte vue. Le sirocco tunisien vient de balayer quelques certitudes encroûtées.

Un coup à gauche, le vitupérateur Mélenchon s’érige grand défenseur de la clique castriste, égrenant les circonstances atténuantes comme l’aurait fait un Marchais pour son Brejnev. Quel touchant esprit de corpus idéologique ! Si seulement le peuple cubain pouvait s’inspirer du souffle populaire tunisien pour faire se tordre davantage le rictus de l’effronté de gauche…

Un coup à droite, l’Alliot-Marie se fait grande prêtresse de l’Ordre, y compris auprès d’un État policier, ne parvenant plus à identifier les codes de sa fonction actuelle distincts de ceux d’un ministre de l’Intérieur. Nous voilà dotés d’une espèce de ministre de l’Extérieur, totalement étrangère à ses dossiers… Des déclarations finalement pas plus incongrues que celles d’un Bernard Kouchner en 2008, lui-même confortablement enkysté dans la tradition diplomatique française.

L’aveuglement volontaire s’expliquerait par la frousse de l’islamisme. Rappelons-nous, en effet, la dérive iranienne après la chute du Shah, évoquons l’ascension du Front islamique du Salut en Algérie… la démocratie, oui, mais uniquement lorsque cela colle à nos modèles et sert nos intérêts.

Entre la naïveté suicidaire et le cynisme coupable, ne pourrait-on viser une attitude cohérente, ne serait-ce que par le verbe d’une diplomatie qui soit autre chose qu’une bien triste pitromatie, sans pour autant s’interdire tout rapport avec des régimes honnis. Fréquente ton ennemi pour mieux le neutraliser le moment venu.
L’aspiration tunisienne ne peut se contenter de la fuite d’un Ben Ali. Une purge des pratiques coercitives et de la corruption gangrénante s’imposera. Autour, quel peuple se contentera des oboles étatiques, quel autre affirmera l’épaisseur de ses objectifs ? La liste des dirigeants monopolisant le pouvoir politique est longue dans la région, depuis le raide Kadhafi jusqu’à l’essoufflé Moubarak en passant par l’entouré Bouteflika.

 Passionnante destinée qui s’ouvre pour la Tunisie, bouleversante pour ceux qui la vivent dans leur chair, la voix porteuse d’une onde fondatrice. L’occasion pour nous, peuple de France, d’un peu d’humilité pour gérer notre carapace de libertés conquises par nos aïeux : nous ne bougeons plus que pour de prosaïques causes. Hystérie des soldes d’un côté, révoltés du sol de l’autre : le cœur cultive sa noblesse lorsqu’il est encore en état de conquête. Parvenus d’un système qui tourne sur lui-même, sans plus de réel dessein mobilisateur, nous feignons l’indignation quand d’autres se dressent en torches alarmistes.