17 mars 2018

Irrationalité sensifique


Ça pointe, douce urgence d’une particule accélérée,
Eveille en nous le halo vaporeux d’un Hawking au carré.
L’énergie stellaire entrechoque nos instabilités en
Apesanteur primordiale.
A la partie non écrite de l’existant :
Ses réseaux immuables aux
Côtés chuchotant une nucléaire liaison.
Le noyau désintègre l’échelle mesquine du temps ;
Long sera le voyage vers le haut
Des périodes acoustiques sans vision.
Rues ou ruelles, avenues à venir tant
Elle, la vie, parcourt d’acides laminés.
Seule la trace métabolique
Fait sens éclectique.
Paraître libéré de cette froidure
Tout en insufflant quelque mouvement à l’absolu qui dure
En fantasmé : une arborescence de
Fleurs aux pétales qui fondent.
Mi-sonore, mi-diffuse, l’ère sait graviter sans masse,
Elève chimique du sablier qui passe
Sans jamais se retourner.
Factice propagation ?
Nos horizons se nourrissent, légèretés
Vagabondes fluidifiant la passion.
Marches entropiques qui ondulent
En aléatoires destinations,
Doux désordres à l’aube de
Délires algorithmiques qui nous rendent
Complices d’exhibitions numériques sans
Sève, au sang sec, toile si peu
Naturelle, loin du mélange qui
Irrigue l’effet du feu.
Notre unité de mesure émotionnelle :
Si elle rayonne sans battre de l’aile,
Belle sera sa courbe, vive
Osmose, si active,
Qui ruissèle au détour d’une
Etincelle en selle ;
Lien hypnotique,
Qui s'enroule vers l’extatique,
Rend cosmologique la houle
Un poil épique, aussi
Peu rivé sur la foule :
Dingue complexité saisie
Bien loin des modèles affadis.
A la dimension parallèle
Se démultiplie l’exquis enclin.
Faire place à l’inédite parcelle
Sans restriction, aux confins.
Seringue à dézinguer
Au lieu où affleure ce
Miel élémentaire pour naviguer.
Prendre au centre le chœur avec
Soin et triturer le chaos high tech
De dérisoires constellant
Ce monde bouffé de Nutella :
Fol aboutissement d’un consternant
Entrain qui piétine, encéphalogramme plat
Qu’une déviation quantique calmerait.
On chevauche le papillon pour que le rai
Etreint soulage nos glaciations chroniques.
La réflexion infuse, sans panique,
Innerve, au seuil des possibles,
Mes choix imprescriptibles.
Songes grand ouverts
En effervescence filamenteuse,
Somme aux extrémités lumineuses
De toutes ces saillances en vers,
Formes si peu linéaires
Qui sondent les utopies que je creuse,
Résonnent près des lobes, sur mesure,
Loin des structures formatées
Du bien-vivre ambiant
Trop compassé.
Mièvre sentiment
Et perspectives atrophiées
M’atterrent,
Eperonnent les visées salutaires.
Ma théorie intime suit son intuition,
Muse clandestine,
Orfèvre d’une expression :
Ça m’assiège dans les ravines,
Enfièvre l’orchestration.
Les constantes personnelles forgent nos
Sens aux erratiques sollicitations ;
Le gouffre universel grignote jusqu’au
Cœur désarticulé,
Sans attaches,
Peur qui s'arrache aux principes que
J’enfreins, déjanté.
Effleure le boson de Higgs,
Ce format ultime à l’infinitésimale optique,
Prodige magnétique
Du morcellement énergétique.
Bonheur physique qui tutoie les touffus
Regards en friche,
A la lisière mise à nu.
Taire l’attraction qui s’affiche,
Fous élans aux ruades inespérées,
Rires aux couleurs magnifiées
Sur la gamme des espoirs portés.
Pont infini entre les matières extrêmes,
De-ci de-là éparpiller son dilemme :
Pierre tombale ou lierre monté ?
Densité minérale, aérienne volupté :
Singulière équation
Mi-inconnue, mi-familière,
Un casse-tête aux cent solutions :
Rêve gravitationnel,
Réel en suspension,
La sensifique contrée croît de plus belle.

21 janvier 2018

Pile en équilibre

Chaparder l’intuition pour s’en ruisseler de bonnes tranches : vive l’empilement ésotérique de vocables en équilibre. Je ne rédige pas sans sens, même dans les instants de perdition. Au plus cristallin des points d’accroche se reflète une facette existentielle qui se grime de complexité conceptuelle. Et peu m’importe la désertion du lectorat, de toute façon infinitésimale même lorsque je fais dans l’accessible, dans le formulé clairement selon les critères ras de la créativité expressive.
Pas l’histoire, pas l’intrigue, encore moins les personnages ou les décors qui galvanisent ma plume. Seul compte le ressenti échevelé et sa transcription arachnéenne.
2018 apporterait maturité à un siècle en convulsions perpétuelles ? Avec les quelques tronches dirigeantes de paranos égocentrés alliées au nationalisme-social de peuples en liquéfaction mentale, rien du monde d’ici-bas ne motive à concocter de bien troussées narrations.
L’essoufflante litanie d’événements de l’actualité, en réalité faits divers qui se gonflent d’importance, perd de son emprise sur moi. Juste savoir que la voie macronienne est tenue en cohérence et que les boursouflures américano-nord-coréenne n’ouvrent pas le bal de la guerre nucléaire me suffisent comme pitance informative.

Je préfère explorer le prétendu indicible, fainéantise sémantique des affectés, pour lui donner sa juste courbe calligraphique… et contraindre au vrai silence les cortex étroits qui brident ce qui leur semble obscur. La clarté comporte toujours une part d’éblouissement.

23 décembre 2017

Texte aux projections enivrées

Lorsque le texte aux signes magnétiquement symbiotiques pourra se feuilleter, il effeuillera les âmes déliées. Les correspondances aux saveurs mâchées pâliront à côté des volcaniques immatérialités tapotées. Le cordon textuel maintient en braises les ivresses saisies et nourrit les sensitives submersions. Tel un écran aux trois-cent soixante degrés couplés aux accents multidimensionnels, l’horizon se laisse effleurer : lui, en général si distant, le voilà qui s’érige pour une fresque intérieure esquissée à l’unisson.

La mélodie de gestes sur toile de fond essaime ses inédites fragrances. Indexer les élans mirifiques régénère la foi en la substance essentielle : jamais un souffle de trop, quitte à s’enhardir ; aucune rétention de sens pour toujours fluidifier les paroxysmes débridés. Aux lèvres de l’aube subsistent les germes d’un ancrage éclairé : aspirer la vie par l’écho dingue d’un bien à se faire sans seringue.


Attisons les connexions pour un réseau effréné qui dilate ad vitam le pantagruélique enclin. Enfin, qu’exulte le songe exalté.

15 octobre 2017

Rives osmotiques

D’une rive l’autre, l’oscillation vitale emplit les fibres en battements irisés… Culminer toujours, mais à rebours des frénésies du siècle, de ce modernisme tapageur qui englue ses meutes de petits porteurs. L’arracheur de temps se suffit d’un rien authentique, d’une attention engageante, de la vie en floraisons suggérées.
Pourquoi pas l’allégorie des inspirations : Musine serait comme la source des beautés du monde à portée. Sans tapage, loin des ravageurs du Vingt-et-unième, l’onde pastellée effleure sa pérennité sans certitude criarde… Patience en pétales féériques gravite par l’écho moelleux et revient ribambelle de velours.
L’âge de lierre enlace puis enserre les rejetons du Big Plan comptable aux codes obstruant. Une respiration suffit à faire craquer les marges enflées de leurs vulgaires obsessions. Coup de paume dans l’étouffoir. Jeu de férule qui obnubile dans les conciliabules.

La mousse turgide, face aux courants enjôleurs, enveloppe son terreau et fait luire sa rosée. Pousses en vers et contrant surtout les serfs du temps éperdu. Aux  premières notes de The Run s’évanouit le semblant de blues bleuté. Une parcelle de la Tête d’Or, un coin de banc vert défraîchi, quelques songes musiniens comme présence ascendante et le jaillissement textuel sera. Une si soyeuse aile trace son firmament. Ainsi soit l’île onirique.

03 septembre 2017

Crocs lascifs, aiguisé zigzag

Si la découverte de la philosophie politique de John Rawls et des fascinantes matière et énergie noires de l'univers irrigue mon séjour dans le cocon vert de la roseraie du parc Tête d'Or, c'est d'abord l'imprégnation de rencontres cardinales qui conforte une forme lucide de plénitude.



Lorsque le choix n'est surtout pas à faire, que le cumul cultivé élève les sens, humanise l'esprit à la façon d'un escalier gravi vers un parc insoupçonné,  les doigts tout en effleurements osmotiques, il faut juste prendre conscience de l'incroyable vigueur de l'émotion et s'en remettre aux vagues euphorisantes.




Un jazz existentiel qui butine ses notes pastelles pour en extraire la densité partagée : l'évidence comme règle instinctive accroît les feux joyeux d'un élan indomptable. 

Comment attiser mon insatiable liberté, lévitation attentive ? Mon univers sait engranger : zones identifiées avec nos enivrements, pour les chérir sans rougir, colportant au cœur de soi le suc enflammé. Incandescence.




Douce foultitude des ressentis, flots impénétrables du seuil à surpasser, iris troublé, brûlure légère qui s'atténue par un simple geste sur ce velours épidermique  : rayonnons sans attendre les crevasses et la fosse. Effervescence.



Ainsi soient les songes vagabonds qui s'effeuillent au gré du sens, initiatiques envolées pour ne rien abandonner de sa salutaire gravité et tournoyer à la crête du fonds vital. Appétence.

(Photos de Loïc Decrauze, août 2017)

12 août 2017

Oradour, baroud d'horreur

Envisager quelques tirs, quelques cris, beaucoup de résignation ou de confiance faiblarde dans la justification clamée par les crieurs du village pour se réunir sur le champ de foire. Le S.S. sait y faire : osciller entre fermeté intraitable et paroles rassurantes avant d’exhiber son rictus barbare. Autour de cet espace d’incertitude, d’angoisse, de redoutables interrogations, se dressent aujourd’hui d’irrégulières arêtes pierreuses, des pans interrompus, des semblants de bâtisses. Là, au centre, gagnait la terreur collective.

Hommes conduits et concentrés dans six lieux choisis. Ancrés dans ces granges éventrées les tirs en rafales pour faire tomber, les balles individuelles pour achever : là, six qui s’échappent pour des dizaines qui succombent. Pas de toit, plus jamais, deux ouvertures sans fenêtre, cette noirceur sur la tranche des murs aux lignes hachées. Le S.S., avec la maniaquerie qui le raidissait, balayait soigneusement l’endroit où devait se dresser la mitrailleuse lourde, juste face à l’entrée. Méticulosité assassine.

L’église se dresse encore avec sa béance au sommet. Devant elle, toujours ces restes minéraux au sang noir pétrifié. A l’intérieur, l’agonie des femmes et des enfants : asphyxiés, balles reçues, brûlés vifs… une seule mère parviendra à sortir de cet enfer. Silence lourd, ombres signifiantes, rappel de chaque seconde du martyr.

Incendiés, détruits, les logis, les commerces, les écoles, les bâtiments publics. Çà et là des objets familiers : la carcasse d’un véhicule, une machine à coudre rouillée, un lit broyé… Les artères se suivent et témoignent de l’acharnement à tout faire disparaître.

Ici trône une maisonnée, son squelette plutôt, avec l’épineux au faîte tranché comme pour ne pas trop surplomber la demeure sans toit, sans portes ni fenêtres. Le gris des murs pour tout confort avec quelques liserés de briques.

Là, une plongée dans la ruine criminelle, celle ébène par le déchaînement des bourreaux : formes torturées, ouvertures inutiles sur le vide qui s’impose. Le cœur se serre.

Passer outre ces angles sombres et s’arrêter devant le triptyque pierreux, régression bâtimentaire forcée pour ne plus jamais s’épanouir comme foyer : ruines épurées enfantées par le fléau nazi.

Monceaux de restes dressés vaille que vaille vers un ciel incertain. Difficile d’imaginer l’intégrité vivante d’avant Das Reich de l’endroit. Coups si profonds dans chaque construction, à la façon des Gueules cassées de la Première Guerre, qu’ils ravivent les plaies des survivants. Bouleversement du visiteur.

Ce pourrait être un tableau bucolique, avec ses feuillus, ses vieilles pierres et son azur bleu-blanc : morbide immobilité. Le crime des crimes vise à tout éradiquer : les êtres, le cadavre de ces êtres, leurs biens…

Ombre dans le cabinet de la dentiste. Plus rien de ce qui pourrait humaniser, la luminosité solaire elle-même glace. Au fond, un objet rouillé, informe, rend encore plus impossible toute reprise de vie.

Le supplice jusqu’au tréfonds du lieu, dans sa manière de se tendre vers nous, de former cet ensemble tourmenté. Pire que le néant : ce réel.

Pas des vestiges antiques, mais la première moitié d’un vingtième siècle aux cataclysmes orchestrés.

Pas de point de fuite, juste une enfilade d’existences saccagées. La balance oubliée par les pilleurs meurtriers, les outils bien rangés, le volet de travers : chaque chose délivre la dose d’émotion au visiteur du vingt-et-unième qui passe.

Regarder à travers ces barreaux : une façon de se croire à l’abri, de mettre en quarantaine le saccage sanglant accompli ou un leurre, la factice séparation d’un décor reproductible à l’infini des haines humaines ?

Une entrée sans issue, un escalier vers nulle part, des ouvertures privées de leur fenêtre : la litanie visuelle d’un village amputé jusqu’à ce que mort s’ensuive et qu’une poussée végétale esthétise les décombres. Plus de sept décennies ont passé depuis ce brasier communal, et pourtant…

L’anti-obélisque, ce pic, au côté charcuté, se dresse au centre de l’innommable : oppressante présence encadrée, au premier plan, par deux blocs qui dégorgent encore tant d’affronts endurés.

Le ballet tourmenté des courbes et des lignes, hantise des recoins alors inachevés, force à se statufier le temps d’une pleine conscience de la désarticulation qui s’élance ici : hurlements d’une architecture apocalyptique.

A la fin de cette éprouvante déambulation, cet oiseau fixe mon objectif depuis un semi mur, après avoir fait trempette dans une flaque proche : bras d’honneur au baroud d’horreur nazi, pensée émue à toutes ses victimes.

Parcours photographique complet (réalisé le 8 août 2017) dans l'album Oradour-sur-Glane - baroud d'horreur et acrostweet sur le village martyr dans le Répertoire.

02 juillet 2017

De la part d'un petit "rien"

Rika Zaraï - "Sans chemise, sans pantalon"
J’avais la plume affûtée pour moucher les insoumis à la chemise incertaine et la haute volée de leurs débuts parlementaires : savoir si le tee-shirt de François Ruffin devait être assumé par le groupe rebelle du torve Mélenchon. Voilà le premier débat interne des vitupérateurs d’extrême gauche. Je m’apprêtais à ironiser sur ces zigotos du braillement bien plus proches du Sans chemise, sans pantalon de la joyeuse Rika Zaraï que des sans-culottes révolutionnaires. L’ironie s’intensifiait avec le sacré compromis trouvé : venir tous sans cravate, mais avec chemise. Ruffin a raison : un parlementaire sous la bannière mélenchoniste ne mérite pas plus qu’un Smic vu le niveau des préoccupations. Tout juste un surplus de postillons pour les bruyantes vocalises à venir.

Macron et son "Rien"
Et puis, patatras ! Macron déraille dans une métaphore ferroviaire : première vraie gourde verbale du quinquennat, sans doute à la hauteur des « sans-dents » de Hollande et du « casse-toi pov’ con ! » de Sarkozy. En qualifiant ceux qui ne réussissent pas, selon d’obscurs critères politico-vaseux, de « gens qui ne sont rien », le Jupiter vient de sortir de son orbite. Aurait-il trop visionné la dernière pub de Volkswagen sur le « Rien » ? Est-il pris d’une angoisse sartrienne sur le néant ? A-t-il eu des remontées du gentil navet avec Terence Hill qui lançait son « Je m’appelle Personne » et à qui on pourrait aujourd’hui répondre : « Et moi, je suis Rien ! » ?


Cela va, sans conteste, polluer son discours au Congrès et ses premières réformes, dont celle du Code du travail destinée, selon le prisme nouveau, à tenter de faire devenir quelque chose ceux qui se contenteraient de leur pas-grand-chose existentiel. La formule se décline déjà à toutes les sauces sur les réseaux ultra-réactifs. La condescendance mal placée a toujours exaspéré le peuple à la grogne sensible. Alors, Monsieur le Président, attention aux faux pas dans le Rien qui ne vous fassent embrasser trop vite le Néant politique.