15 mars 2009

Alain l'enChanteur et le château d'O

Bashung s’en est allé avec l’extrême Élégance de l’artiste accompli, mais victime de ses sources inspiratrices, de ses addictions comme le résumerait l’approche clinique.


Sans être un inconditionnel de son œuvre musicale, quelques joyaux s’imposent comme autant de singularités esthétiques au riche pays onirique du créateur. Au premier rang, Madame rêve, où les vocables suggestifs de Grillet épousent les notes aspirantes de Bashung. Une ambiance ? Non, trop mesquin ! Un univers captateur d’émotions, oui, qui vous enroulent pour vous submerger. Une portée de grâce.


La mort de Bashung, c’est une part de mon existence qui s’éloigne pour se fondre dans les restes vaporeux du définitivement perdu. Une tranche de passé sans le moindre rapport avec mes choix de vie d’aujourd’hui. Bashung, comme un révélateur d’une enfance en marge du modèle commun.


1980, après quinze ans de tâtonnements artistiques, il accède enfin au succès espéré avec sa Gaby le long des golfes pas très clairs. Moi, comme le susurre l'un de ses aînés en chanson, j’ai dix ans, mais je n’appelle pas ma maman pour confier mes bobos. Je me sens, au contraire, dans mon élément vital au château d’Omiécourt, en pleine Picardie – aujourd’hui exploité comme chambres d’hôtes de luxe. Parmi les quelques mélodies choisies, via les médias, des airs de Bashung habillent les souvenirs qui me restent de cette vie de hobereau.


Je me revois ainsi, une nuit d’été, dans le grenier d’une dépendance du château, pour des moments fraternels avec Hermione et Karl, enfants du même âge qui me sont alors si chers, complices de jeux et d’aventures improvisées, et ce soir-là de musiques partagées. Les trois dix, comme on nous surnomme en cette année de révélation d’Alain Bashung, inventent d’extraordinaires épopées au Fort Alamo, dans l’un des sous-bois de la propriété, reste d’un énorme tas de terre devenu mont touffu. Les trois onze poursuivent leurs jeux alors que le Vertige de l’amour peuple les ondes et ancre, pour toujours, le son Bashung dans le panthéon musical français. Pousser ses gambettes jusqu’aux grands bois, après un passage à travers champs désertés par les bœufs, pour y retrouver la magie d’une géographie torturée par les obus de 14-18 et sur laquelle arbres et lianes ont insufflé une esthétique reposante : plus de carnage ni d’explosions, mais des complicités enfantines qui semblent éternelles. Bombez le torse, bombez ! comme un délire familier qui me vient en écho de nos châtelains egos.


Ainsi, éparses, quelques parcelles qui me restent et Bashung remuant ces souvenirs qui n’auront eu comme sens que les instantanés vécus, avant les désillusions, les séparations et les rancunes… Avoir perdu ce chanteur si tôt, ne pas avoir su prolonger l’accroche avec ce frère et cette sœur de cœur, cela rend un peu coupables ses choix et son approche du passé. Bon vent à toi, Alain l’enChanteur !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bel hommage à cet homme qui a été MON révélateur d'une certaine marge du modèle commun.... Reviens-nous voir (si tu peux, mais ça me parait compliqué) Mr Bashung pour nous dire si Dieu a bien un kilt^^

Anonyme a dit…

Amusant de tomber sur ce texte, le jour où, déshabillée de ma méfiance pour tout ce qui ressemble de trop près à mon passé, il me rattrape...
Lundi 27 avril dans l'après-midi j'étais dans ce bois...
Mes deux fils marchant à coté de moi et découvrant les lieux où leur maman jadis avais fait de longues balades avec ses (petits) soeurs et ses frères de coeurs accompagnés de nos fiers Beaucerons... Que d'émotions de me rendre compte que mon fils aîné avait le même âge que moi à cette époque.
La grandeur de ces arbres ? L'angoisse du temps qui passe ? L'émotion devant ce lieu presque inchangé ?
Je ne sais pas, juste ce vertige et ce grand plaisir d'être entouré de mes enfants, là, ici !...
J'étais juste passée te lire, ça faisant plusieurs moi.