11 mars 2012

Fukushima, mon âme ou rien

Je tremble, pas que de peur, je tremble de tout mon être, de tout ce qui m’entoure, de tout mon univers. Pas d’échappatoire, pas de respiration profonde à tenter, le monde m’échappe, bascule et se fracasse. Les bases s’écartèlent, deviennent failles mortelles. Je ne peux m’accrocher à rien de solide : la mobilité contre-nature menace. L’épilepsie terrestre gronde, gigantesque tonnerre des entrailles. Aucune résistance, pas une prière possible : le hasard et la nécessité tectoniques modèlent l’instant et dessinent la fin. Comme un crépuscule des vies à portée du regard.

Puis la vague fond sur notre terre secouée, dévore tout et devient lame à broyer. Plus elle s’enfonce, moins elle semble liquide : une masse opaque, mouvante, qui détruit et emporte. Je suffoque et mon corps se perd quelque part dans ces courants gloutons. Nos existences telles des fariboles, des prétextes pour croire à la maîtrise humaine de la nature. Le monstre tsunamique étend les contours de son chaos, avale les champs, pulvérise les bicoques, menace tous azimuts et finit par noyer une enceinte nucléaire pour un troisième acte explosif.

Se faire tremper les intérieurs, ça n’aime vraiment pas, une centrale. Une, deux, trois déferlantes font dérailler la fin de carrière prolongée du complexe. Mon cœur bouillonne : un trop plein de flotte et me voilà au bord de la fusion. Logique des contraires pour faciliter la contamination. On doit me maintenir au secret, confiné pour ne pas expectorer mes particules. Entre le civil cadenassé et le militaire débridé, le nucléaire accidenté balance…

Le confort sans risque ? Pour qui cette fable ? Les sites les plus alarmistes comptabilisent soixante millions de cancers dus à cette énergie. Les accidents de la route font plus d’un million de morts par an depuis une soixantaine d’années. Doit-on abandonner l’électricité nucléaire et interdire les moyens de locomotion concernés ? Indécentes polémiques alors qu’un peuple sèche ses plaies, cicatrise vaille que vaille et témoigne d’une énergie sans pareille.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Après Fukushima les morts se multiplient
Leucémies, pneumonies, saignements de nez, des diarrhées, de la toux, des thyroïdes enflées.
Même la famille impériale est touchée.