22 mai 2010

En retrait, sans raison

Du provisoire pour une poignée de décennies à goûter : le temps des gourmandises s’ancre pour affûter les sens. Les contrées s’échauffent des grognes de hordes sans illusion. Déchiquète ce qui se risque à portée ! Le hideux ballet des voraces nourrit la glose charriée par le code binaire. Un Net au fonds puant, l’échange frénétique aux nobles intérêts perdus, des décideurs politiques qui voudraient bien… Au diable les religions : du bien monnayable à la Sainte Trinité, via le Mahomet là, bien profond.

Passons le plat de la langue sur cette terre gravillonnée : à endurer comme une flagellation hiératique… dans le tendre giclant de la chair. Fondons sur l’autre pour l’étriper avant sa fatale heure. Quelques barreaux à sucer… Reste coi !

Et pourtant, un autre côté subsiste, en retrait des balises, vers cette brise qui fait chavirer les ramures, tout près du quotidien silencieux, des devoirs accomplis sans fanfare, des protections affectives qui font l’évidence. Ainsi soit le paisible monde.

Voler la cime et se parfaire en intuitions préméditées ; fendre sous le crâne pour mieux faire suinter les corps beaux; s’affranchir du sens jusqu’à révolutionner les barbaries de circuits et de papier ; exhausser les vieux pieux sans volonté empalatoire ni obsession foncière ; rouler – sur – ses contemporains favorise la trace médiatique ; frôler la fin et pourvoir à ses appétits d’arts ; feindre sur la toile du Web d’anonymes défécations, même plus d’ornementales chiures ; je panse à tout va, donc j’essuie, avant, les plaies des bleus charcutés ; limer les tiges de pâquerettes juste pour soulever le cœur… Un signe ? Plein de virgules merdiques, point d’exclamations vivifiantes : l’âtre des latrines burine l’olfactif.

Onirique onanisme de la plume ? Certes… une pointe sans fond, mais encore libre de choisir son puits. Ôte-toi de mes ténèbres, tu m’indiffères !

Texte accepté par le journal Le Monde
(accessible aux abonnés)

2 commentaires:

dan decrauze a dit…

ça fait plaisir de voir un nouvel article. J'espère que tu as vu les photos que je t'ai envoyé par mail de tu sais qui..

Decrauze a dit…

Merci de ce soutien, et oui j'ai reçu, avec ravissement.