04 septembre 2015

Le petit dormeur du sable

A la manière d'un certain "dormeur du val"...

Vois cette plage de fin d’été qui libère
Son écume sonore aux vagues partitions
Jouées ; ce rivage, caressé par la mer,
S’étend : décor aux estivales dimensions.

Un tout petit, contre le sable, si joufflu,
A son visage léché par la Grande Bleue,
L’âge d’improviser un château farfelu
Avec des coquillages sur ses tours, morbleu !

Aux pieds, il porte des souliers de petit d’homme,
Au corps une tenue rouge-peau-bleue nous somme
D’entonner une berceuse pour ce minois.

Le petiot ne boit plus les embruns qui s’animent ;
Il gît, menottes retournées qui me lancinent,
Pétrifié, les yeux clos, enfin l’âme en émoi.

septembre 2015

Alan Kurdi (2012-2015)

Aucun commentaire: