09 novembre 2009

Rider sa vie aux embruns

Le banquet de fin, en 2009, n’a pas les atours du joyeux festin dans le petit bout insurgé de la Gaule Uderzo-goscinnyenne. On grignote ce qu’on peut avec les hôtes qu’on mérite.


Les vieilles trognes encombrent encore les plateaux tant de la télé que de la justice. Comme le parangon d’une vertu vénérable, Chirac cumule les promotions : une mémoire défaillante sur les tripatouillages abracadabrantesques à la Mairie de Paris ; des mémoires fertiles en non-révélations écrites, pour de larges passages, par un nègre non fictif… Son incompatibilité politique, voire même génétique, avec le hautain Giscard d’Estaing tient de l’érection des rancunes passées en culte de la détestation. Admettons qu’un gouffre s’impose entre le groin chiraquien fouinant la petite culotte de la provocante Madonna et les manières giscardiennes pour un flirt imaginaire à la mode de Ségur avec Diana l’icône éthérée. La tête de veau n’a jamais tenu dans une dînette pour jeune fille en fleur !


Côté trogne, le Pasqua en affiche une grognonne depuis que la Justice a osé le condamner a du ferme, du barreau en série pour piaule malfamée. L’ex flingueur de la place Beauvau menace, fustige, piétine. N’ayant pas fait l’objet d’un mandat de dépôt à l’énoncé de la sentence, il a pu déployer son artillerie dans les médias, se fendant d’un « vous m’avez bien regardé ! » pour évacuer l’accusation principale. Justement oui ! Un simple regard aurait pu suffire si le délit de gueule louche existait en France. Jusqu’à la condamnation, sa posture tenait du circuler-il-n’y-a-rien-à-voir ! Depuis la décision judiciaire, volte-face : tous les autres, hauts placés, savaient aussi ! L’incohérence systématisée… c’est l’amorce d’une dégénérescence du système nerveux, non ?

Alors ne restons pas en si contaminante compagnie. A croulants réprouvés, chenus dorlotés, pour l’équilibre de l’élan littéraire. Deux figures de l’audiovisuel : l’un qu’un corps trahit et fait fragile vieillard trop tôt, l’autre aux quatre-vingts printemps épanouis, joviaux et sans souffle court.


Polac Michel répond à quelques questions pour un documentaire sur les émissions littéraires à la télévision, Des écrivains sur un plateau. Le visage ravagé par une attaque semi-paralysante, il n’a plus qu’une ombre de physique, lui qui redoutait tant de ne plus maîtriser son esprit, le temps implacable fauchant ses lumineuses facultés. Fermer les yeux et se laisser porter par un timbre de voix encore fidèle aux flamboyances de jadis, de Bibliothèque de poche à Droit de réponse. Pages télévisuelles à goûter sans retenue pour perpétuer le colosse du cœur et de l’intelligence.


Point de naufrage physique chez Pierre Bellemare. Le cumul des décennies ennoblit l’être sans atteindre sa capacité d’autodérision. L’inclassable narrateur, animateur, vendeur sur cathodique s’essaye aux planches de saltimbanque. Aveu d’une passion pour l’art dramatique, il relève ce défi avec l’humilité combattante. Toujours en tension pour un projet à rendre réussite, il fait d’un troisième âge le premier du moment présent. L’évident engagement pour étirer sans peine le temps, faire du sursis prégnant d’une prolongation d’existence un bien-être de chaque instant. Qu’il fait bon finir sur un enthousiasme, par Toutatis !

Aucun commentaire: