06 juin 2007

Altermondialisme : l'idéologie de l'autruche

Heiligendamm, comme hôte des huit premières puissances économiques, s’inscrira peut-être comme l’amorce historique, mais sans doute inutile, d’un changement de la gouvernance américaine à l’égard de l’environnement. Que le système d’échanges frénétiques intègre ce paramètre constitue en soi une avancée notable.


A des lieues de cette nouveauté résonneront les protestations et revendications d’altermondialistes pour qui l’intolérable s’accroît les années de bénéfices passant.


A interroger nombre d’entre eux sur la cohérence de leur virulence à l’égard de systèmes historiquement plus néfastes, le malaise pointe rapidement. Pourquoi, à l’époque du communisme triomphant, du collectivisme achevé, ne trouvait-on aucun esprit de similaire mouvance idéologique qui dénonçât ces abus criminels ? Aucun des génocides sociaux engendrés par l’application de ces théories n’a sensibilisé leurs pairs.


Après quatre-vingts années d’idéologie communiste, qui n’avait comme objectif, dans sa rivalité avec la pratique libérale à l’Ouest, que de montrer sa supériorité dans l’activité économique (au point d’affamer ses peuples), la vacuité de son application l’a fait s’effondrer sur elle-même, laissant quelques dizaines de millions de cadavres en héritage.


Que reprochent les altermondialistes au système économique restant, qu’ils qualifient volontiers de sauvage, de déchaîné, d’ultra… et pourquoi pas d’intégrisme libéral ? Quelques ouvrages et déclarations ont, d’ailleurs, osé détourner, sans conscience de l’infamie, des vocables réservés jusqu’alors aux pays privés de liberté, pour les accoler au libéralisme. Ainsi « La dictature libérale » de Rufin ou « le capitalisme totalitaire » de Séguin. C’est, en effet, cette ignoble pratique économique qui a permis à l’Allemagne de l’Ouest d’injecter quelque 765 milliards d’euros dans la partie Est, avec ses quinze millions d’habitants, parmi lesquels certains trouvaient encore à se plaindre de ne plus avoir leur misérable emploi à vie, n’admettant pas que liberté rime avec responsabilité.


Sans doute le libéralisme n’a pas, intrinsèquement, de vocation humaniste, mais quelle pratique organisationnelle viable peut l’avoir ? L’histoire a définitivement disqualifié les idéologies aux intentions généreuses qui doivent compter avec la nature fondamentale de l’être humain.
Ce qui effraye les altermondialistes, qui, curieusement, arrivent souvent de pays déjà développés, c’est sans doute de constater qu’un groupe indien (par sa nationalité seulement, sans doute, mais c’est l’impact psychologique qui compte) a pu se payer l’européen Arcelor, et donner ainsi naissance au premier groupe sidérurgique mondial ou que le géant minier brésilien CVRD se soit emparé du Canadien Inco. Onze mois après cette fusion, la réussite du projet a fait gagner soixante pour cent au titre (une horreur pour les altermondialistes).

Ce qui navre les défenseurs d’une autre mondialisation, qui ne pourrait se faire que dans un autre univers que celui de l’être humain, c’est d’admettre ce qu’a pu en retirer le Brésil qui devient la dixième économie mondiale. En 2050, avec ce système injuste, 77% du PIB mondial proviendra des pays émergents alors qu’en 1975 les pays développés accaparaient 66,4% de la richesse produite. Et l’on en trouve encore pour prétendre que la mondialisation libérale dessert les plus pauvres.


La vraie question à se poser est celle de la stabilité politique et de la pérennité d’un état de droit. La tragédie africaine n’est en aucun cas due à la sauvagerie des règles économiques (sinon l’Afrique du Sud serait, depuis longtemps, dans le chaos) mais découle directement du cynisme politique d’autocrates entretenus, d’affrontements sanglants pour l’obtention du pouvoir sur la terre, de la lutte à mort pour imposer son idéologie. Un exemple frappant ? La République démocratique du Congo : après quarante ans de joug dictatorial et de désespérantes guerres civiles, le modèle démocratique a fini par triompher, portant au pouvoir un président élu. Résultat : plus de 6,5% de croissance pour 2006. Et même lorsque le pays n’a pas de ressources propres à forte valeur ajoutée, comme les hydrocarbures, la qualité de son régime et de ses pratiques politiques servent le développement d’une économie libérée.


Alors, sans doute, me renverra-t-on les pauvres toujours plus nombreux, les riches encore plus voraces, et le système de plus en plus inégalitaire. La malhonnêteté de certains doctrinaires de l’altermondialisme consiste à balancer quelques chiffres bruts, sans aucune comparaison historique qui permettrait de se poser les bonnes questions. Qu’il y ait plus de pauvres aujourd’hui qu’il y a cinquante ans, en valeur brute, c’est indubitable, mais en pourcentage respectif de la population à chaque époque ?


On reproche au système libéral de ne faire aucune place à la protection des individus les plus faibles. Là encore l’agitation altermondialiste oscille entre l’inculture confortable et l’hypocrite négation de quelques réalités historiques.


Prenons le cas français : le 22 mars 1841, donc bien avant la vague idéologique rouge, le libéral François Guizot, qui a encouragé la grande bourgeoisie capitaliste à la prospérité par le travail et l’épargne, fait voter une loi pour limiter le travail des enfants à l’usine. Un début timide, certes, mal appliqué, convenons-en, mais la première marche du progrès social scellée par cet adepte d’un « libéralisme éclairé, surveillé ».


Autre idée reçue : le syndicalisme serait l’initiative première d’esprits de gauche. L’histoire, encore, dément : le libéral Emile Ollivier parvient à faire adopter la loi du 25 mai 1864 qui légalise le droit de grève (lesquelles grèves augmenteront de 37,5% par rapport à l’année précédente, ce qui confirmera la nécessité de cette avancée) sous conditions qui paraissent, aujourd’hui encore, d’une sagesse moderne : pas de violence ni d’atteinte à la liberté du travail (ce qui ne plaira pas aux jusqu’aux boutistes partisans des piques pour les têtes patronales). Vingt ans plus tard, le libéral Waldeck-Rousseau attribue la personnalité civile aux syndicats. Effet spectaculaire : plus 650% de syndiqués en moins de dix ans.


Pour parachever la démolition des idées reçues dans la répartition caricaturale de la paternité du progrès social, une question : pourquoi sont-ce dans les pays qui n’ont pas eu à connaître l’activisme communiste que le syndicalisme est le plus ancré et pratiqué, et donc le plus puissant ?
La mauvaise foi des altermondialistes, autruches idéologiques, ne prenant pas en compte les réalités du fonctionnement humain, rappelle les entêtements communistes au vingtième siècle. Ainsi, à la fin des années cinquante et au début des années soixante, alors que l’économie des pays de l’Ouest profite d’un essor exceptionnel qui permettra à la classe ouvrière d’accéder à l’aisance moderne, les communistes théorisent autour de la « paupérisation absolue » des ouvriers dans nos contrées. Quel aplomb dérisoire lorsqu’on sait ce qui se passait pour les peuples de l’autre côté du rideau de fer…


Sans doute faut-il réglementer davantage, encadrer un peu plus la mondialisation actuelle ; mais cela ne peut s’allier avec la rupture idéologiques d’altermondialistes qui reproduisent les schémas de ce qui a déjà, et criminellement, échoué.

Cet article est également paru sur Agoravox
Pour voir le débat créé autour cliquez sur le mot "Agoravox" ci-dessus.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Une belle démonstration! Si je comprends bien, une des leçons à recevoir de cette réfléxion par rapport à l'Afrique, aux pays sous devellopés... est que nous portons une telle culpabilité du colonialisme, et d'une volonté "civilisatrice" du colon par le passé que nous n'avons plus le droit de critiquer ces pays. Néanmoins, si le rouage capitaliste est lancé sans pouvoir être interrompu sur la quasi totalité du globe et c'est là que je rejoins la conclusion
"Sans doute faut-il réglementer davantage, encadrer un peu plus la mondialisation actuelle ; mais cela ne peut s’allier avec la rupture idéologiques d’altermondialistes qui reproduisent les schémas de ce qui a déjà, et criminellement, échoué."
Nous sommes sans doute bien déchirés dans un manichéïsme grossier qui exalte encore le mythe du bon sauvage, et dénigre le méchant riche qui vole aux pauvres.Nous devons faire avec ce qui est, sans non plus être passif ou trop conservateur.
J'ai le tort de ne pas pouvoir appuyer un point de vue avec des faits précis ou des chiffres, mais ce que je vois là ce sont les implications, idéologiques, symboliques, qui nous donnent à penser comme l'humanité peut encore agir après l'invraissemblable; Comment un monde se reconstruit et revit sans cesse après les pires ignominies.

Olivier Bonnet a dit…

Assimiler comme vous le faites altermondialisme et dévoiement historique du communisme est inacceptable. On vous dit que le système actuel ne fonctionne pas, qu'il est en train de détruire la planète et tout ce que vous trouvez à répondre est : "c'était pire sous Staline" !

Loïc Decrauze a dit…

Inacceptable pour vous, sans aucun doute, parfaitement opportun pour moi. Quant à votre résumé de la lecture, il est d'un simplisme...
Le système actuel ne fonctionne pas ? Qui le dit ? En quoi fonctionne-t-il moins bien que ce qui existait avant ? Il faut distinguer les abus d'un système et le système lui-même. Quel autre substitut est-il proposé à la mondialisation qui soit compatible avec la nature humaine ?
Je pointe simplement du doigt les aberrations du combat altermondialiste qui fait l'incantation du changement radical sans rien pouvoir proposer de réaliste et de viable.

Anonyme a dit…

Le problème c'est que le libéralisme à l'heure actuelle n'a rien à voir avec la définition originelle de cette doctrine. Le Système libéral actuel n'offre pas d'optimisation sociale et économique parce qu'il est déformé par l'ingérence de l'État! Dans une réelle société libérale, la liberté est totale et nous convenons que cette liberté est intrinsèquement liée à la responsabilité individuelle,le bien être social et la solidarité entre les hommes deviennent naturellement un devoir et une obligation civique quand leur traitement n'est pas relégué à un État et à un gouvernement. C'est lorsque l'on relègue cette responsabilité de solidarité et de fraternité à un État que le peuple s'oublie dans l'individualisme. Dans un modèle libérale libertaire, les affaires économiques et financières occupées par les individus particuliers participent à l'amélioration notable de la condition sociale et matérielle de chacun puisque ce modèle éveille la conscience morale et politique de tous. C'est en celà que les socialistes (les vrais) sont contre l'interventionnisme dans une société libérale. La responsabilité, indispensable dans tel modèle, induit l'inutilité de l'État, ce dernier ne remplissant plus son rôle de régulateur.
La seule alternative possible serait une société où le bien collectif transcende la propriété privée mais je ne pense pas que tout le monde soit prêt alors dans ce cas, allons au bout du libéralisme et détruisons l'État. :)